© Marc Crouzier, © Marjorie Lathuillière, © Antoine Guibentif

Les Rongeurs en Rhône-Alpes

Les Rongeurs sont des animaux qui se caractérisent par leur unique paire d’incisives à croissance continue sur chacune de leurs mâchoires, leur servant à ronger leur nourriture, à creuser des galeries ou à se défendre. C’est un groupe très varié qui comprend de nombreux animaux de petite taille, mais aussi des espèces de « grands rongeurs » (castor d’Europe, marmotte des Alpes, ragondin, rat musqué, écureuil roux).

En Rhône-Alpes, 26 espèces de rongeurs sont identifiées à ce jour.

Et du côté juridique ?

Alors que certaines petites espèces peuvent être responsables de dégâts conséquents, comme le campagnol terrestre bien connu des agriculteurs pour ses ravages dans les cultures ou la souris grise coupable de la détérioration des réserves de denrées alimentaires dans certains greniers, d’autres espèces sont protégées au niveau national. C ’est le cas pour deux espèces en Rhône-Alpes : le campagnol amphibie et le muscardin.

Parmi les espèces de « grands rongeurs », le castor d’Europe et l’écureuil roux sont protégés. La marmotte des Alpes est une espèce chassable, alors que le ragondin et le rat musqué sont considérés comme « espèces susceptibles de provoquer des dégâts ».

Un point sur les connaissances

Dans le but de suivre l’évolution de ces espèces afin de pouvoir faciliter leur maintien/développement ou limiter leur expansion, un suivi continu est nécessaire et l’apport de données récentes est essentiel.

Malgré leur abondance globalement importante, les espèces du groupe des Rongeurs, et notamment les espèces de petite taille, restent parmi les plus méconnues. Afin de remédier à ces lacunes, un programme d’amélioration des connaissances sur leur répartition spatiale a alors été initié en 2008 par l’ex-CORA Faune sauvage, devenu LPO Rhône-Alpes depuis 2013. Le programme d’étude des micromammifères, maintenant inclus dans la dynamique de l’Atlas des Mammifères sauvages de Rhône-Alpes, a pour objectif de remettre à jour et de compléter nos connaissances sur la répartition et la biologie de ces espèces en Rhône-Alpes.

Plusieurs moyens sont alors employés pour y parvenir :

– formation des observateurs bénévoles à l’identification des espèces (ateliers pelotes, sorties traces et indices de présence)

– mise à disposition de clés d’identification, illustrées et téléchargeables gratuitement, permettant de reconnaître les restes osseux de micromammifères trouvés dans les pelotes de réjection des rapaces nocturnes (https://atlasmam.fauneauvergnerhonealpes.org/pour-contribuer/cles-didentification/micrommamiferes/)

– mise à disposition d’un forum micromammifères, source d’informations et de réponses aux questionnements,  pour faciliter l’identification des micromammifères en main ou à partir de restes d’ossements (http://micromam.free.fr).

-mise à disposition d’un forum Castor (castor-rhone-alpes-subscribe@yahoogroups.com), source d’informations sur l’espèce au niveau régional.