Loir gris_Drome_Août 2017_©Reinaud Christian

Présentation et description

Loir gris_Savigny_septembre 2014-Christian Prévost [amra]

Les Gliridés constituent  une famille qui regroupe dans le monde 28 espèces, réparties dans 9 genres et dans trois sous-familles, localisées en Eurasie (jusqu’au Japon) et en Afrique. En Europe, le loir gris est le plus grand des représentants de la famille.

Le loir gris est un petit animal dont le pelage est d’un beau gris argenté avec du blanc sur le ventre. Sa queue touffue est presque aussi grande que son corps, soit une quinzaine de centimètres. Le loir ne la tient jamais en panache au dessus de sa tête, contrairement à l’écureuil. Notons qu’on observe parfois des individus à la queue tronquée due à la faculté d’autotomie des Gliridés (en cas d’attaque de prédateur, le fourreau cutané de la queue se détache et les vertèbres mises à nu se dessèchent et tombent). Les oreilles de Glis glis sont petites et ses yeux, grands et saillants, sont semblables à des boutons de bottine. Ceux-ci sont révélateurs de sa vie presque exclusivement  nocturne (il peut néanmoins parfois être observé en plein jour). Ses belles moustaches l’aident aussi grandement lors de ses déplacements dans le noir. Son poids varie de 90 à 250 g et jusqu’à 350 g durant l’engraissement automnal, prélude à l’hibernation. Arboricole, ses mains et ses pieds sont pourvus de coussinets protubérants lui permettant une très bonne adhérence sur toutes sortes de support. On peut le confondre avec un petit écureuil gris (bien que cette espèce américaine ne soit pas  encore présente en France) ou avec un écureuil roux au pelage gris-noir (fréquent en montagne). La confusion peut aussi être entretenue avec le lérot (autre représentant de la famille des gliridés) mais ce dernier est un peu plus petit et son masque noir surmonté par deux grandes oreilles lève toute ambigüité.

Depuis 1983, le loir est protégé en Europe par la convention de Berne. Mais son statut légal en France est quelque peu complexe, l’espèce n’étant pas protégée sur notre territoire national.

Le loir gris est une espèce sédentaire, arboricole et cavicole. Il installe son nid (composé de feuilles, d’herbes sèches, de mousses) dans une cavité rocheuse, dans un arbre, une falaise ou dans des bâtiments. C’est en juin et en juillet qu’a lieu le rut, suivi après 30-32 jours de gestation par le début des nichées. Les naissances pourront se poursuivre durant tout le mois d’aout. Les portées comportent en général de 2 à 8 jeunes, parfois jusqu’à 12 petits (JP. QUERE H. LE LOUARN, 2011). Plusieurs mères peuvent parfois se réunir pour élever leurs progénitures. Ainsi, sur une période de 10 ans dans avant pays Haut-Savoyard, 16 cas ont été observés sur 254 portées en nichoir. Pour exemple, trois femelles et au moins 12 petits ont été dénombrés simultanément en 2016 à Eloise, en Haute-Savoie (C. PREVOST, 2019).

L’automne  est une période essentielle où Glis glis doit se nourrir afin d’emmagasiner assez de graisse autour de son péritoine pour supporter la phase critique de l’hibernation. Précisons ici que son  régime alimentaire est omnivore, mais avec une nette tendance frugivore. Il se nourrit donc essentiellement de fruits (glands, faines, châtaignes, noix,…), de graines, parfois d’insectes, de mollusques, d’oeufs ou bien encore de petits oiseaux.

L’hibernation dure presque sept mois et se déroule dans un nid, confectionné avec des feuilles, installé dans une anfractuosité rocheuse, une cavité dans un arbre ou bien encore un terrier. Le loir y est enroulé en boule, sa queue recouvrant son ventre et sa tête. Notons qu’en patois savoyard, le loir gris prend  le nom de « ra folyé » (rat des feuilles). Le loir est aussi capable d’hiberner au voisinage de l’homme, dormant parfois dans des lieux insolites : dans une bouteille de jus d’orange, dans un aquarium vide ou encore dans l’armoire à linge où son nid était fait d’habits découpés. L’expression populaire « dormir comme un loir » n’est pas usurpée. En effet il fait partie des plus gros dormeurs du monde animal.

Ayant pris soin durant l’automne de se créer des réserves qu’il a emmagasiné dans des cachettes, Glis glis  pourra reprendre rapidement  des forces à son réveil printanier au cours du mois de mai.

Notons que le loir peut aussi être amené à se réveiller durant sa longue période de sommeil. Il a ainsi pu être observé entrain de consommer des graines de tournesol sur des mangeoires (février 2010, Eteaux, Haute-Savoie) ou bien en activité dans une grotte (janvier 2016, Bidon, Ardèche).

Le loir gris peut potentiellement vivre une dizaine d’années, mais 3 ans semble déjà un âge respectable pour l’espèce.

Etat des connaissances

Historique

Le loir gris est apparu sous sa forme actuelle au pléistocène moyen (Günz) il y a environ 100 000 ans. La sous espèce Glis glis glis (Linnaeus, 1766) présente en Rhône-Alpes l’est aussi sur la majeure partie de la France. Deux autres sous-espèces ont été recensées sur le territoire national. Il s’agit de Glis glis melonii Thomas 1907, en Corse, et Glis glis pyrenaicus cabrera 1908, sur le versant nord des Pyrénées.

L’espèce est connue depuis longtemps par les populations humaines. Ainsi, les riches Romains faisaient des festins de loirs. Ils avaient observé qu’à l’automne les loirs se gavaient et prenaient du poids avant d’entrer en hibernation. Ils capturaient donc les loirs et les nourrissaient dans un lieu dédié : le glirarium. Ce mets fin au délicat gout de noisette était fort apprécié. Encore actuellement,  les slovènes perpétuent cette tradition culinaire.

Carte de l'état des connaissances du loir gris

Distribution actuelle

Le loir gris est présent en Europe, du nord de l’Espagne aux états baltes. L’espèce a été introduite en Angleterre. Sa répartition française est plutôt méridionale, ce qui l’exclut des régions maritimes de l’ouest et du nord comme la côte Landaise, la Bretagne, une bonne partie de la Normandie et des Hauts de France. En Auvergne, l’espèce est présente sur une grande partie du territoire (GMA, 2015).

Globalement, la distribution altitudinale de l’espèce atteint 1500 m dans les Alpes et 2000 m dans les Pyrénées (JP. QUERE H. LE LOUARN, 2011).

Dans l’ex-région Rhône-Alpes, sa présence est avérée dans les huit départements. Le loir a ainsi été trouvé dans 207 mailles du quadrillage de 10x10km de la région. L’espèce est certainement plus répandue que ne l’indique ces données mais son caractère nocturne et son habitat forestier limitent les occasions de rencontre. Sa présence est souvent découverte quand il investit l’habitat humain, lorsqu’il ’il cavale dans le grenier et  se chamaille avec ses congénères à grand renfort de cris. Les chiroptérologues sont aussi plus enclins à le découvrir, puisque noctambules comme le loir, ils l’entendent régulièrement la nuit dans les ramures forestières et devant les entrées de grottes.

L’acquisition de données a fortement augmenté depuis 2005 : de 68 mailles avec présence du loir avant 2005, à 207 mailles fin 2018. Constatons malgré tout que l’espèce n’a pas été retrouvée sur 17 mailles où il était présent avant 2005.

Le  milieu de prédilection de l’espèce en Rhône-Alpes est la forêt caducifoliée de plaine et, dans une moindre mesure, les forêts mixtes de l’étage montagnard. Les ripisylves du Haut-Rhône proposent à ce jour les plus fortes densités de l’espèce connues dans la région (à moduler avec l’effort de prospection particulièrement prononcé dans ce secteur).

Le Loir gris a peu de gout pour l’altitude. En effet les formations boisées essentiellement résineuses  ne lui sont pas favorables,  tout comme l’étage alpin dépourvu d’arbres. Malgré tout, l’espèce a été historiquement observée en 1980 à Valjouffrey (Isère) dans le Parc National des Ecrins. Glis glis a aussi été découvert dans deux nichoirs à nyctale de Tengmalm à Livet et Gavet (Isère) en 1988 et 2010, à 1700 m d’altitude. Une reproduction observée en 2016 à 1225 m d’altitude sur le Salève (Haute-Savoie) est aussi à noter. Néanmoins, la tranche altitudinale où les observations sont les plus nombreuses demeure entre 400 et 600 mètres.

Les densités de populations sont très variables, mais on peut trouver, sur une surface entre 3 et 5 hectares, une unité familiale comprenant un mâle et deux femelles (C.PREVOST). Au bord du Rhône entre Seyssel (Haute-Savoie) et Bellegarde (Ain),  ce sont 11 à 16 familles qui sont présentes sur 20 hectares à Challonges et de 7 à 13 familles pour 13 hectares à Eloise (C.PREVOST). Les années se suivant et ne se ressemblant pas, on parle alors d’ « année à loirs » lorsque les effectifs sont très nombreux. Par exemple, en Haute-Savoie,  les familles ont été très abondantes en 2014, 2016 et 2018.

Loir gris_Septembre 2013_Christian Prévost

Menaces et conservation

Loir gris_Matheysine_août 2011_Loïc Nowak [amra]

L’analyse des pelotes de rapaces nocturnes collectées en Rhône-Alpes nous renseigne bien sur les principaux ennemis naturels du loir gris. C’est en premier lieu la chouette hulotte, puis le hibou grand duc et enfin l’effraie des clochers. Parmi ses prédateurs à quatre pattes on retiendra surtout la martre et le chat forestier en milieu boisé, la fouine dans l’habitat humain et les falaises, et, plus accessoirement, le renard et les grands prédateurs comme le lynx et le loup. Plus localement, en Ardèche, des analyses de crottiers de genettes on démontré une prédation régulière du loir par le viverridé. Les chats domestiques vont se révéler aussi très efficaces pour attraper Glis glis, une dizaine de données faisant état de cette prédation dans les observations rhônalpines.

Son attirance pour le bâti humain amène le loir gris à entrer directement en conflit avec l’homme. En effet, Il lui arrive de s’installer dans l’isolation des murs et dans les greniers, sa vie nocturne, agitée et bruyante lui valant alors de solides inimitiés. Parfois, le loir s’attaque aussi aux réserves de nourriture, comme les stocks de pommes ou de noix. A côté des méthodes douces (capture vivante et relâcher en forêt), des solutions bien plus radicales sont parfois employées,… Par ailleurs,  toutes sortes de pièges indirects peuvent représenter une menace pour le loir gris. La noyade dans divers récipients est le plus répandu, tout comme les chutes dans les cheminées.

La route fait aussi partie des dangers que rencontrent les loirs, 18 observations rhônalpines  font état de découverte de cadavres au bord des voies de circulation.

Hormis ce qui précède, le loir ne peut être considéré comme une espèce dont l’avenir proche est préoccupant. En effet, la surface des forêts où vit l’essentiel des populations est toujours en expansion et ces boisements sont dans l’ensemble gérés de façon durable. Par contre, les législateurs français devraient se pencher sur son cas pour l’adoption du statut d’espèce protégée afin de clarifier la législation le concernant au regard de la protection que lui accorde la convention de Berne.

Des loirs et des nichoirs

Dès 1994, l’ONF de Haute Savoie a proposé aux communes forestières, dans le cadre de ses programmes de travaux annuels, la pose de nichoirs en bois. Depuis 2010  les communes on accepté de remplacer leurs vieux nichoirs par des neufs en béton de bois. Les gliridés étaient déjà présents dans les vieux nichoirs mais leur remplacement a boosté leur présence. Il s’agit ici de l’effet « béton de bois » très apprécié aussi par les chiroptères. A partir de 2012,  la LPO 74 a pris le relais du service forestier avec un suivi beaucoup plus complet durant toute la belle saison.

Actuellement, ces nichoirs sont répartis en milieu forestier sur 19 communes haut savoyardes étagées entre  260 m à 1400 m d’altitude. Ce sont ainsi 760 nichoirs et 110 gites à chiroptères dont le suivi est régulièrement assuré !

Ce suivi a permis d’obtenir de nombreuses données relatives à Glis glis et à son utilisation de gites artificiels. Ainsi, 42% des nichoirs ont été un jour ou l’autre occupés par le loir. Par ailleurs, sur l’ensemble du secteur suivi, la zone où les densités de loirs sont les plus importantes est composée des forêts du bord du Rhône, entre Seyssel et Bellegarde. Il a aussi été observé que certains loirs investissent leur gite artificiel dès le mois de mai, mais que la période moyenne de leur apparition dans les nichoirs est située autour de mi-juin. La portée moyenne observée est de 3,8 jeunes. A l’automne (autour de mi-octobre), les loirs ne sont plus visibles dans les gites, l’espèce n’hibernant pratiquement pas dans les nichoirs. Enfin, bien que les loirs soient connus comme étant sociables, le suivi a montré que seuls 20% des nichoirs étaient occupés par des groupes (variant de 2 à 9 individus) avec le plus souvent la présence d’uniquement  deux adultes.

Loir gris_Eloise_Août 2016_C.Prévost

Rédacteurs : Christian PREVOST et Christophe GILLES, octobre 2019