Musaraigne etrusque, Saint Fortunat, Ardèche, octobre 2016 ©Eric GAILLARD

Présentation et description

Musaraigne etrusque, Saint Fortunat, Ardèche, octobre 2016 ©Eric GAILLARD

Le pachyure étrusque (appelé aussi musaraigne étrusque) est le seul représentant du genre Suncus parmi toutes les musaraignes présentes dans la région Rhône-Alpes. Il dispute à une chauve-souris asiatique la place du plus petit mammifère du monde avec un poids n’excédant pas 2,5 g. Sa taille varie entre 5,4 et 8,4 cm, queue comprise. Son pelage gris, plus ou moins brun sur le dos, contraste peu avec un ventre plus clair sans délimitation nette. La détermination sûre s’effectue à l’aide de la dentition blanche au même titre que les musaraignes du genre Crocidura.

Comme les autres musaraignes, le pachyure a un métabolisme très élevé avec une fréquence cardiaque d’environ 1 200 battements à la minute ! Il passe le plus clair de son temps à chasser sa pitance faite d’arthropodes et de vers qu’il peut compléter avec quelques graines. Il doit consommer chaque jour l’équivalent de deux fois son poids si il ne veut pas mourir d’inanition. Son espérance de vie est par conséquent assez brève et ne dépasse pas deux ans. La période de reproduction s’étale durant la belle saison de mars à octobre. La gestation dure 27 à 28 jours. Les jeunes restent plutôt dans le nid et sont sevrés au bout de trois semaines, ayant alors atteint la taille adulte.

Etat des connaissances

À l’instar de la plupart des micromammifères, les données sont peu nombreuses et dispersées. La répartition du pachyure étrusque couvre l’ensemble du pourtour méditerranéen et s’étend au Moyen-Orient et à l’Asie centrale jusqu’en Chine orientale et même en Malaisie.

En France, l’espèce est présente en Corse, dans le sud et en remontant la vallée du Rhône, sur les contreforts sud du Massif central (Tarn, Gers…) ainsi qu’en Aquitaine où sa présence à l’ouest remonte jusqu’en Charente maritime. Assez récemment, il a été trouvé dans les Hautes-Alpes, profitant du corridor de la vallée de la Durance. il est d’ailleurs aussi connu dans le Tessin en Suisse.

En Rhône-Alpes, les données historiques disponibles le citent en Basse-Ardèche (PENEL H., FAUGIER C., FAUGIER F.), à Lagorce, Casteljau, Gropierres… Plus au nord, quelques données émergent sur les versants sud du Pilat, à Saint-Appolinard, Saint-Pierre-de-Bœuf (SAINT GIRONS et VESCO, 1974) et une donnée le mentionne même dans les Monts d’Or au nord de Lyon avec la découverte de deux mandibules (MEIN, 1974). Sur la rive Gauche du Rhône, deux données au Nord de Valence, à Saint-Roman et Marsaz (Drôme) sont rapportées après analyse de 7 000 proies (HEIM DE BALZAC et DE BEAUFORT, 1966).

Carte 2019 de l'état des connaissances sur le pachyure étrusque

Si le nombre de mailles prouvant la présence du pachyure en Rhône-Alpes est restreint, on peut considérer sa présence comme sûre et régulière en Ardèche, en Drôme, où d’autres données concernent le sud du département, et comme avérée au moins dans le sud-est de la Loire, voire du Rhône. L’espèce semble absente des départements alpins en l’état actuel des connaissances.

Sa répartition altitudinale s’étend majoritairement entre 200 et 800 m, mais les données récentes du Parc des Écrins à Châteauroux-les-Alpes et Embrun à 1100 et 1000 m mètres montrent qu’à la faveur de milieux et d’expositions favorables, on peut le rencontrer plus haut que ce que l’on pensait jusqu’alors.

Le pachyure étrusque affectionne les milieux secs et chauds, relativement ouverts, avec notamment des murets de pierres sèches lui offrant des abris sûrs et thermophiles. Les adrets ensoleillés de l’axe rhodanien et de ses affluents apparaissent comme des milieux favorables à l’espèce sur lesquels il faudrait orienter les recherches pour confirmer sa présence.

Menaces et conservation

Musaraigne étrusque_Saint Fortunat, Ardèche_octobre 2016_© Eric GAILLARD

Le statut de conservation de l’espèce fait état d’une « préoccupation mineure ». Même si le manque de connaissances n’autorise pas une évaluation des tendances d’évolution de l’espèce, on peut supposer qu’un abandon des cultures en terrasses avec la progression de la forêt, ou au contraire une intensification de ces mêmes modes de culture (usage de phytosanitaires, débroussaillement systématique, jointage des murets) peut fragiliser certaines populations. A contrario, le réchauffement climatique sur cette espèce très sensible à ces conditions pourrait favoriser son expansion.

Quoiqu’il en soit, le manque de connaissances reste la principale limite à la définition exacte de la répartition de cette espèce, les données de micromammifères de la Drôme et de l’Ardèche étant de surcroît les moins fournies. Un effort de prospection, notamment au travers des pelotes de réjection, est nécessaire et indispensable pour préciser le statut de cette espèce somme toute assez emblématique.

 

Rédacteurs: Didier Ariagno, Alice Despinoy et Antoine Chevaux, décembre 2019