Musaraigne alpine_Sixt, Haute-Savoie_ 24 décembre 2016_© Jean-François Desmet

Présentation et description

Musaraigne alpine_Sixt, Haute-Savoie_ 24 décembre 2016_© Jean-François Desmet

Mammifère de l’ordre des Insectivores, de la famille des Soricidae, de la sous famille des Soricinae et du genre Sorex, la musaraigne alpine se reconnait aisément, tenue en main ou même en activité sur le terrain. L’animal est entièrement sombre avec un pelage noir-gris anthracite recouvrant le dos, les flancs et le ventre, parfois celui-ci légèrement plus clair. La queue est sombre dessus et plutôt blanchâtre dessous. Autre caractéristique : alors que la taille tête+corps (6,2-8,7 cm) est comparable à celle d’une Sorex araneus ou coronatus, la queue est longue, à peu près de la taille T+C. Le museau est assez conique et fin, avec une truffe brun rosâtre, les yeux minuscules avec un léger contour dénudé, les oreilles de taille relativement moyenne pas trop visibles, les pattes chairs-rosâtres. Autre détail permettant l’identification sur un cadavre ou des restes osseux : sur la mandibule, la deuxième dent présente deux bosses (sur une dentition pas trop usée !).

Les détails de la biologie sont encore mal connus pour cette espèce qui est active de jour comme de nuit (LUGON-MOULIN 2003, HAUSSER 1995, GILLIERON 2012, CANALIS 2017). La nourriture est glanée au sol et se compose d’invertébrés : arthropodes (insectes, arachnides, crustacés, myriapodes), annélides, gastéropodes … La reproduction peut intervenir déjà dans l’année de naissance, du printemps à l’automne, pouvant donner trois à quatre portées par an de 3 à 9 jeunes. Par ailleurs, comme d’autres soricidés, l’espèce présente le phénomène de DEHNEL  (rétrécissement  de la boite crânienne, du foie et des reins pour réduire les besoins en nourriture) en période hivernale (LUGON-MOULIN 2003).

 

 

 

Etat des connaissances

La musaraigne alpine est présente dans les montagnes du centre de l’Europe, des Carpathes aux Alpes françaises (HAUSSER 1995, MITCHELL-JONES & al. 1999, LUGON-MOULIN 2003). Sans être de réelles sous-espèces retenues à ce jour, 3 races chromosomiques ont été mises en évidence et sont représentées dans les Alpes occidentales. Les populations suisses appartiennent à la sous espèce type S.a.alpinus (HAUSSER 1995, LUGON-MOULIN 2003) ; qu’en est-il précisément en France ?

D’après HUTTERER & al., les populations de musaraigne alpine seraient en régression au niveau européen (HUTTERER & al.1982, IUCN RedList). Jusqu’au début des années 1970, l’espèce n’avait fait l’objet, en France, que de rares mentions plus ou moins avérées : OGERIEN la note sur le versant français jurassien (OGERIEN, 1863) ; LOCARD mentionne que l’espèce a été signalée dans le massif de la Grande Chartreuse (LOCARD, 1888) et MILLER rapporte une donnée vers Chamonix (MILLER 1912). Une citation ancienne de musaraigne alpine dans la chaine pyrénéenne (TRUTAT, 1878) reste douteuse et controversée. A signaler encore qu’un spécimen appartenant à une collection aurait été collecté en octobre 1968 à Saint-Léger-les-Mélèzes (Champsaur ; 05) (identification à vérifier).

Nos premières découvertes personnelles en Haute-Savoie concernaient le Haut-Giffre où des données ont été collectées dès 1972 (DESMET, 1981 et 1989). Depuis, dans ce secteur, l’espèce est notée (collectes de cadavres, captures, observations visuelles) très régulièrement (DESMET in FAYARD 1984 et in GRILLO 1997). Par la suite, divers observateurs sont à l’origine de données, sporadiques et peu abondantes (un peu plus d’une vingtaine), principalement à partir des années 2000, en Isère, Savoie, Ain ou sur d’autres secteurs de Haute-Savoie. Ainsi l’atlas des mammifères sauvages de France (SFEPM 1984) mentionne l’espèce en Haute-Savoie et dans le Doubs. L’atlas des mammifères sauvages de Rhône-Alpes de 1997 (FRAPNA-GRILLO coord. 1997) signale quant à lui, pour cette région, la présence de la musaraigne alpine dans les districts naturels Arve-Giffre, Mont-Blanc, Tarentaise (1ère donnée de M.CORAIL en 1993) et Belledonne (1ère donnée de R.LEFUR en 1993).

Plus récemment, hors région Rhône-Alpes (mais à proximité), signalons  2 données hautes-alpines : 1 donnée dans le Briançonnais en 2013 et 1 dans le Champsaur en 2016 (dans un lot de pelotes de réjection de Hulotte) (Base de données du PN des Ecrins ; com. Pers. M.CORAIL). Ainsi, à ce jour, au vu des données disponibles, la musaraigne alpine semble, en France, représentée sur la bordure de l’hexagone, dans le chainon du Jura et la moitié nord des Préalpes et des Alpes, du Doubs aux Hautes-Alpes.
L’espèce peut être rencontrée depuis des altitudes modestes, voire basses (200 m localement dans le Jura Suisse), jusqu’à parfois plus de 2500 m (LUGON-MOULIN 2003, GILLIERON 2012).

 

Carte 2019 de l'état des connaissances de la musaraigne alpine

A ce jour, 62 données de musaraigne alpine sont enregistrées dans la base de données de Rhône-Alpes (dont près des ¾ pour le seul secteur haut savoyard du Haut-Giffre) :

25 données avant 2005 : Isère (3 mailles sur Belledonne, 1 maille à cheval Savoie-Isère), Savoie (1maille sur la Vanoise) et surtout Haute-Savoie (4 mailles réparties en Haut-Giffre et Chablais).

37 nouvelles données depuis 2005 : 10 nouvelles mailles de présence de l’espèce se sont ainsi rajoutées aboutissant à ce jour au total de : 2 mailles dans l’Ain (1 en Bugey et 1 en Haut-Jura, dont la 1ère donnée par D. ARIAGNO ), 10 mailles en Haute-Savoie (4 mailles réparties en Haut-Giffre, 3 en Chablais, 1 en vallée de l’Arve, 2 dans les Bornes), 2 en Savoie (1 en Vanoise, 1 en bordure nord-est de Belledonne), 4 en Isère (3 en Belledonne dont 1 maille à cheval Savoie-Isère), 2 sur la bordure ouest des Ecrins).

Dans le Haut-Giffre (ainsi que dans d’autres secteurs hauts-savoyards : vallée de l’Arve, Chablais, …) d’où sont issues la majorité des données, la musaraigne alpine a été à ce jour contactée de 1000 m à 2300 m d’altitude. Les milieux fréquentés dans cette région sont variés et sont caractérisés généralement – en accord avec ce qui est connu des exigences spécifiques – par la présence de recoins, blocs rocheux et anfractuosités du sol, ainsi que bien souvent de végétation herbacée, arbustive ou arborescente, mais tous, assez généralement, en des lieux frais et humides. De manière très synthétique, ce sont:

– des formations forestières mixtes de l’étage montagnard, du style hêtraies-pessières. Le sol présente très souvent des blocs rocheux plus ou moins apparents et gros (chaos épars, lapiaz ou éboulis végétalisés) recouverts plus ou moins partiellement par des tapis de mousse et présentant de nombreuses anfractuosités, crevasses et autres galeries naturelles.

– des formations forestières de l’étage subalpin, résineuses ou largement dominées par les résineux, principalement l’épicéa Picea abies (également mélèze Larix decidua, sapin Abies alba). Là aussi, le sol comporte fréquemment des blocs rocheux recouverts de mousse avec de multiples interstices, cavités et recoins.

– des clairières herbacées et secteurs de prairies en bordures de forêts des étages montagnard, avec végétation assez grasse.

– des prairies subalpines avec secteurs d’aulnaies vertes et landes à éricacées.

-des secteurs de pelouses alpines, jusqu’ à assez haut en altitude et quasiment dépourvues de végétation buissonnante basse, avec zones de pierrailles, éboulis, chaos rocheux et lapiaz affleurant plus ou moins largement.

Dans tous ces milieux, des écoulements d’eau, voire petites flaques ou plans d’eau, peuvent être plus ou moins présents par endroits. Ceci n’est toutefois pas systématique et, la région en question étant relativement arrosée, nombre des localités fréquentées peuvent présenter, au moins partiellement, des secteurs ou recoins humides et frais, surtout en ubacs ou zones ombragées.

A remarquer que les éboulis et lapiaz colonisés par la végétation (mousse ou formations herbacées à arborescentes) paraissent manifestement offrir des cachettes et micro-milieux affectionnés par cette musaraigne.

Dans ce type d’habitat, nous avons eu l’occasion de contacter la musaraigne alpine à de multiples reprises en même temps que d’autres soricidés comme la musaraigne carrelet Sorex araneus, la musaraigne pygmée Sorex minutus, et, plus particulièrement au voisinage de petits cours d’eau ou secteurs humides, la crossope aquatique Neomys fodiens ainsi que la crossope de Miller Neomys anomalus.

Signalons encore que dans ces divers milieux cités ci-dessus, la musaraigne alpine – comme ces quatre autres espèces – a également été capturée à diverses occasions aux abords immédiats, ainsi qu’à l’intérieur, de chalets de montagne ou d’alpage ou encore d’autres petits bâtiments, en particulier à l’approche de la mauvaise saison.

En région Rhône-Alpes, les données proviennent de localités situées entre 930 m (Bugey) et 2480 m (Belledonne) d’altitude, mais majoritairement entre 1000 et 1900 m.

Concernant l’origine des données collectées  disponibles à ce jour et relatives aux secteurs rhônalpins: 63% proviennent de découvertes fortuites de cadavres (probablement résultant de la capture sans consommation par un prédateur de type renard ou autre), 31% d’observations directes d’animaux en nature (avec ou sans capture de l’animal) et 6% de captures par piégeages (non létaux).

 

Musaraigne alpine_Sixt, Haute-Savoie_ 24 décembre 2016_© Jean-François Desmet

Menaces et conservation

Musaraigne alpine_Sixt, Haute-Savoie_ 24 décembre 2016_© Jean-François Desmet

D’une manière générale, les menaces pouvant affecter la survie de l’espèce ne sont pas clairement identifiées. Toutefois, cette musaraigne affectionnant et recherchant des biotopes caractérisés par de relatives fraicheur et humidité, les modifications climatiques déjà observables actuellement pourraient représenter à l’avenir des paramètres défavorables à son maintien, au moins dans certains secteurs.

Bien que la distribution spécifique de l’espèce en Rhône-Alpes soit probablement relativement restreinte, le faible nombre de données collectées à ce jour, même  en certains secteurs de présence connue, reflète certainement pour une bonne part un défaut de prospection ou d’intérêt. Pour pallier à cette rareté de contacts, il conviendrait en premier lieu de porter une attention particulière systématique et avertie sur les cadavres de soricidés que l’on peut trouver assez régulièrement sur les pistes et sentiers, des boisements montagnards aux étendues supra-forestières de l’habitat de cette musaraigne.

 

 

 

 

Petite anecdote personnelle

Le 18 juillet 1978, parti pour une course en montagne et alors que je monte sur les hauteurs de Samoëns en mobylette jusqu’au terminus de la route goudronnée, une bête écrasée sur la route attire mon attention et me fait faire demi-tour afin d’inspecter cela de plus près. Bien m’en à pris car il s’agissait là de ma première collecte d’un cadavre de musaraigne alpine, même si j’avais déjà eu l’occasion de bien observer l’espèce dans cette région à deux autres occasions en 1972 et 1977. Les jours suivants, le specimen récupéré fut examiné « sous toutes les coutures », les mensurations relevées, les restes conditionnés, … Afin de rédiger une petite note sur cette découverte (publiée par la suite dans Le Bièvre en 1981) et n’étant à l’époque pas équipé pour réaliser de bonnes macro-photographies pour l’illustration, je sollicitais un ami dentiste afin de réaliser grâce à son matériel médical professionnel quelques clichés du crâne et de la mandibule. Ainsi, peut-être bien pour la première fois, des restes osseux de Sorex alpinus finirent, sans tarder, par prendre place sous l’appareil de radiographie d’un dentiste, … pour la science ! mais pendant qu’un patient en cours de soins était contraint de patienter sur le siège, guignant du coin de l’œil la bouche ouverte, bien logiquement intrigué par cette nonchalance.

 

 

Jean François Desmet, mars 2020